Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Larmes du monde

Larmes du monde vous verriez dans mon âme si j’étais félon, La tristesse, la souffrance, ne peuvent être là, sans raison, Elles donnent aux yeux la clarté et la vision de l’éclair, Ou bien la mort, ou l’abandon, plus que les vaines prières, Remettez-vous,...

Lire la suite

Angoisses

Face aux éclosions du hasard, Mon cœur fait des palpitations, De sur le bancal nénuphar, Mes jambes tremblent sans raisons, C’est moi qui meurs en chaque instant, Quand le résultat succède à l’équation, Et je me retourne toutes les dents, En attendant,...

Lire la suite

Qui voudrait aller nulle part ?

En sortant des cinés, des rires étouffés, mon ventre endoloris, s’enfonçait dans la nuit. La divergence de nos regards, remplissait la nuit noire, nos mains qui se joignaient nous mettaient en retard. Les horloges grinçaient, il fallait être aveugle,...

Lire la suite

Victor Hugo, Amour !

Amour! "Loi", dit Jésus. "Mystère", dit Platon. Sait-on quel fil nous lie au firmament? Sait-on Ce que les mains de Dieu dans l'immensité sèment? Est-on maître d'aimer? pourquoi deux êtres s'aiment, Demande à l'eau qui court, demande à l'air qui fuit,...

Lire la suite

Vertige aquatique !

Je me demande depuis toujours, mais par moments je sais, pourquoi mes pensés viennent ? Pourquoi elles se débinent ? Les cœurs s’ouvrent comme les fleurs, mais le soleil est rare, et la nuit meurtrière. Toute la beauté des choses, sur un brasier de larmes,...

Lire la suite

Communications nocturnes

Pour quelle raison me reviens-tu souvenir ? N’est-ce pas toi qui voulais que je t’oubli ? Pourtant tu me harcèles et ne te laisse évanouir, Par quels enchantements, quelles drôles de fourberies ? Pourquoi tu penses à moi, où va donc ton regard ? Toi qui...

Lire la suite

Goethe, Werther

« C'est donc pour la dernière fois, pour la dernière fois que j'ouvre les yeux ! Hélas ! ils ne verront plus le soleil ; des nuages et un sombre brouillard le cachent pour toute la journée. Oui, prends le deuil, ô nature ! Ton fils, ton ami, ton bien-aimé,...

Lire la suite

Palais, hiver, loi des sens...

Palais Sur les longues marches, montant aux lourds palais, quelques dames et leurs princes, se pincent pour ne pas rêver. Murmurant la Russie, Anna aux grands yeux verts, rubis aux doigts des belles, et parfums d’hirondelles. Toute beauté s’essouffle...

Lire la suite

Pffff !!

Iliade et odyssée Quoi de neuf, suspendue aux nuages, Le corps est neuf, la tête est large, Un obus trace parfois les chemins, Qui mènent jusqu’au bien, Sensations haletantes et délirantes. Oppressantes envies de magiques études, Où viennent lasses béatitudes,...

Lire la suite

A force…

Les tasses de café tremblent encore sur leurs soucoupes, et les gens que j’aime rient à leur façon… A peine avaient-ils essuyé leurs moustaches de caramel, que j’avais pénétré leurs secrets, ils détenaient dans la vie, ce que je lui trouvais de belle,...

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>