Representations

Publié le par Gregor

FREUD a écouté les patients, sur leur rêve, leurs idées bizarres. « Il y a quelque chose qui m’arrive et je ne comprends pas pourquoi. »

Certains processus se produisent, qui font que les sujets réalisent des actes qu’ils ne voudraient pas, comme les actes manqués.

Exemple : le sujet doit passer une épreuve, quelque chose d’angoissant, dans l’intention de réussir. Et en chemin, il se perd, alors qu’il connaissait parfaitement la route, et loupe son épreuve.

Lorsque se produisent les actes maqués, le sujet est pris dans un conflit psychique où l’angoisse est omniprésente, et l’acte manqué annule l’attention.

Le sujet ne peut pas choisir. « Quelque chose » choisis à sa place.

Acte manqué : (en psychanalyse) manifestation de l'inconscient, qui constitue la réalisation d'un désir refoulé et qui fait échec à des agissements conscients.


Les actes manqués, les lapsus et les rêves sont des productions de l'inconscient

Le trouble tient à un problème de liaisons.

> Représentation refoulées, représentations qui se sont dissociées d’autres représentations.

 

Car nous vivons dans un monde de représentations, notre vision des choses n’est qu’un grand assemblage de représentation refoulées dans l’inconscient, qui nous permettent d’identifier le monde qui nous entoure.

Et l’on reproche à ceux qui n’ont pas eu de chance, de ne pas pouvoir s’adapter à notre monde, car nous pensons bêtement qu’un chat est un chat un sentiment est un sentiment, etc.…

Mais chacun parle le langage de son passé, et comment peut on reprocher à un gamin d’avoir vécu des malheurs qu’il n’a jamais accepté ? (Par exemple)

Quand retirerons-nous les imbéciles des postes à pouvoir, où ils font Reigner l’oppression, contre ceux qui ne peuvent pas s’identifier à "leur vision étroite du monde".

 

Il n’existe pas de bonne façon de voir et de mauvaise façon de voir le monde, tout dépend de la manière dont on à pour ainsi dire "ingurgité" le monde par le passé. Ainsi certaines situations font ressortir des choses enfouis en nous, il est très important d’attacher une importance toute particulière à ces phénomènes, et de permettre à chacun de les comprendre, au lieu de culpabiliser les gens, avec des principes pour tous, qui se révèlent meurtrier pour certains. 

 

L’inconscient désigne le caractère ou l’aptitude d’une représentation ou d’un élément psychique quelconque présent  à la conscience, d’en disparaître soudain pour réapparaître plus tard.

 

T1 (conscient) > T2 (inconscient) > T3 (conscient)

 

Dans le temps 2, la représentation disparaît de la conscience mais existe toujours > elle est devenue inconsciente. Elle continue d’exister de façon virtuelle ou latente.

 

2ème niveau : réseau de transformation.

 

Revenant de son voyage de noce, elle lui dit qu’elle a fait un très excitant « voilage » de noce. Elle est surprise de son lapsus et elle apprend à son analyste un symptôme de tremblement d’écriture.

Elle associe et dit que son mari lors de la nuit de noce n’a pas été à la hauteur.

Effet de surprise et sentiment qu’elle-même n’était pas à la hauteur.

> apparaît comme un processus de défense devant une série de ??? Refoulés, au début superficiel, mais de plus en plus en profondeur.

                > Elle se souvient d’un désir

                               > Potentiel libidinal contenu pendant tout le voyage. À la nuit de noce, elle se sent frustrée, puis haine violent à l’égard de ce mari impuissant en se disant qu’elle n’arrive pas à susciter le désir de l’homme.

Reste du voyage : renversement de valeur : elle se met à materner son mari. Haine renversée en amour. C’est alors que le symptôme apparaît, qui est un tremblement du bras, + affect : colère sourde contre elle-même.

 

1er souvenir : lors de la nuit de noce, le mari renverse un verre d’alcool dans le lit.

2ème souvenir : à l’adolescence, elle a gardé pendant un temps assez long un voisin qui était en plein delirium tremens. Il agitait les bras pour repousser des hallucinations. Elle était traumatisée.

3ème souvenir : à l’adolescence, elle découvre que son père n’est qu’en fait son beau père. Elle se met à rechercher son vrai père. Elle a donc écrit une lettre à une ancienne connaissance de ce père. Elle va attendre dans une attente anxieuse et frustrée (comme pendant le voyage de noce) car elle ne reçoit pas de réponse.

4ème souvenir : vers 13/14 ans, son beau père avait bu et l’avait charmé de façon pressante, lui caressant les seins avec assiduité. Vivement surprise de la réaction de son père, elle avait ressenti une colère contre sa propre impuissance à l’arrêter. Elle avait attendu avec angoisse qu’il arrête ses agissements.

 

 

Tremblement d’écriture + colère : comment il s’est formé et en quoi il symbolise une excitation sexuelle refoulée.

 

Nuit de noce : elle ressent de la frustration, elle est dans une attente passive, le mari renverse de l’alcool, et elle est en colère.

 

Ordre chronologique :

- scène 1 : « inceste » (pour elle, sans que ce ne soit le cas)

- scène 2 : delirium tremens

- scène 3 : lettre père

- scène 4 : noces

 

Imaginons cette femme, à qui l’on reprocherait son emportement ? 

Alors prenons bien garde avant de juger de ce qui est normal où pas normal, celui qui est bien et celui qui est mal, on ne peut juger sans connaitre, et peut on connaitre la vie de chacun ?

Ne vous laissez plus manipuler par la télé qui balance des morales dégénérées et essaye de vous donner un idéal aseptique, et irréel, la vie est bien plus riche, votre vie est bien plus riche, que ces mensonges faciles que colporte la télévision, et les médias en tout genre, tous ces bons penseurs ne sont bon qu’à une chose, se masturber, en jouant les vedettes, ils n’apportent rien, et vous dérobent tout.

 

Publié dans critiques modernes

Commenter cet article