A force…

Publié le par Gregor

Les tasses de café tremblent encore sur leurs soucoupes, et les gens que j’aime rient à leur façon… A peine avaient-ils essuyé leurs moustaches de caramel, que j’avais pénétré leurs secrets, ils détenaient dans la vie, ce que je lui trouvais de belle, et cette définition de la beauté, avait ces coordonnés géographiques, qui m’emportaient aussi loin, que l’Inde ou bien l’Afrique…
J’étais au Sahara, dans l’oasis des plaines, j’étais un alchimiste, et composais des saveurs, chaque verre d’eau et chaque mets, me façonnaient une idée différente du bonheur … 
J’ai cherché sur bien des visages, quelques échos familiers, j’ai vu tant d’autres paysages, grisonnant comme les pierres, je me suis nourris sur d’autres terres, de végétaux et de bruyères, mon cœur fut rongé par bien des vers, j’ai bu d’autres verres, qui m’ont laissé un goût amer, je suis sensible aux souffles qui se distillent dans l’air, et l’oxygène me manqua pour inventer des vers… Dans des yeux éperdus j’ai guetté des tendresses, et mon pauvre cœur mis en pièce, que nul artifice n’ assouvit, lorgnais le paradis… 
J’imprimais mes goûts sur des papiers colorés, mes accents sympathiques avaient de joyeuses tonalités, j’exprimais l’indicible sans le savoir, et expulsais d’un rire les nuées noires, rien ne semblait s’attacher à ma triste raison, tout avait le parfum tiède du doux liseron, j’entamais le repas sans penser à l’addition.
Tout me semblait lié, emmêlé, allumé, chaque soupçon des choses, était un doux frisson, qui composait une œuvre fantastique, aux nouvelles sensations, de nouvelles dimensions, les visions esthétiques, tour à tour, magnifiques, oniriques, et pathétiques…
Jonglant avec les superstitions, qui nous reviennent des temps passés, ne sachant, s’il valait mieux se couvrir de honte, ou crouler sous l’ennui, la vie m’a emporté, tout fut si différent, et pourtant me reviens, de temps en temps, du fond de ma mémoire, une vapeur d’éther, une bouffée légère, mes rêves d’avant-hier…

Publié dans coup de coeur

Commenter cet article

Pascale la tricotineuse 24/06/2010 20:32


très très joli texte Grégoire, en es tu l'auteur ? merci pour ce partage qui nous mène vers ailleurs et nous ramène à hier !! bonne soirée