Culte du génie par vanité

Publié le par Gregor

Pensant du bien de nous, mais n'attendant pourtant pas du tout de nous de pouvoir former seulement l'ébauche d'un tableau de Raphaël ou une scène pareille à celle d'un drame de Shakespeare, nous nous persuadons que le talent de ces choses est un miracle tout à fait démesuré, un hasard fort rare, ou, si nous avons encore des sentiments religieux, une grâce d'en haut. C'est ainsi que notre vanité, notre amour propre, favorise le culte du génie : car ce n'est qu'à condition d'être supposé très éloigné de nous, comme un miraculum, qu'il ne nous blesse pas (Goethe même, l'homme sans envie, nommait Shakespeare son étoile des hauteurs lointaines; sur quoi l'on peut se rappeler ce vers : "les étoiles on ne les désire pas ! "). Mais abstraction faite de ces suggestions de notre vanité, l'activité du génie ne paraît pas le moins du monde quelque chose de foncièrement différent de l'activité de l'inventeur en mécanique, du savant astronome ou historien, du maître en tactique. Toutes ces activités s'expliquent si l'on se représente des hommes dont la pensée est active dans une direction unique, qui utilisent tout comme matière première, qui ne cessent d'observer diligemment leur vie intérieure et celle d'autrui, qui ne se lassent pas de combiner leurs moyens. Le génie ne fait rien que d'apprendre d'abord à poser des pierres, ensuite à bâtir, que de chercher toujours des matériaux et de travailler toujours à y mettre la forme. Toute activité de l'homme est compliquée à miracle, non pas seulement celle du génie : mais aucune n'est un "miracle ", - D'où vient donc cette croyance qu'il n'y a de génie que chez les artistes, l'orateur et le philosophe ? (voir de nos jours le footballeur !). Qu'eux seuls ont une "intuition " ? (mot par lequel on leur attribue une sorte de lorgnette merveilleuse avec laquelle ils voient directement dans l' " être" !). Les hommes ne parlent intentionnellement de génie que là où les effets de la grande intelligence leur sont le plus agréable et où ils ne veulent pas d'autre part éprouver d'envie. Nommer quelqu'un " divin ", c'est dire : " ici nous n'avons pas à rivaliser. " En outre : tout ce qui est fini, parfait, excite l'étonnement, tout ce qui est en train de se faire est déprécié. Or, personne ne peut voir dans l'oeuvre de l'artiste comment elle s'est faite; c'est son avantage, car partout où l'on peut assister à la formation, on est un peu refroidi. L'art achevé de l'expression écarte toute idée de devenir; il s'impose tyranniquement comme une perfection actuelle. Voilà pourquoi ce sont surtout les artistes de l'expression qui passent pour géniaux, et non les hommes de science. En réalité cette appréciation et cette dépréciation ne sont qu'un enfantillage de la raison.

 

Nietzsche, humain, trop humain.

Publié dans textes de base

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article