Le masque

Publié le par Gregor

Tout ce qui est profond aime le masque.
Il y'a bien des phénomènes d'une sorte si délicate que l'on ferait bien de les protéger sous quelque grossièreté afin de les rendre méconnaissables; il y a des actions nées de l'amour et d'une générosité excessive après lesquelles il ne reste rien de plus judicieux à faire que de prendre une bâton pour rosser le témoin; ainsi on lui trouble la mémoire.
Il en est qui s'entende à troubler leur propre mémoire et à la maltraiter pour se venger au moins de cette unique comparse - la pudeur est ingénieuse. Ce ne sont pas les pires choses qui nous inspirent le plus de honte: il n'y a que perfidie derrière un masque - il y a tant de bonté dans la ruse !
Je pense qu'un homme qui aurait à cacher quelque chose de précieux et de délicat pourrait rouler à travers sa vie, grossier et rond comme un vieux tonneau vert lourdement cerclé: la finesse de sa pudeur l'exige. 
Le destin d'un homme qui possède une pudeur profonde, tout comme ses décisions les plus délicates rencontrent cet homme dans des voies auxquelles peu eurent accès et dont ses proches et ses meilleurs confidents ne doivent pas connaitre l'existence: le péril de sa vie leur est caché et tout aussi bien la reconquête de la sécurité de sa vie.
Un homme secret comme celui là, qui d'instinct a besoin de la parole pour se taire et pour taire, et qui est intarissable dans cette fuite devant la communication, veut et obtient que circule à sa place un masque de lui même dans les esprits et les coeurs de ses amis, à supposer même qu'il ne le veuille pas, un jour ses yeux s'ouvrent sur ce fait qu'il y'a de toute façon un masque de lui même - et que c'est bien ainsi. Tout esprit profond a besoin de masque: plus encore: autour de tout esprit profond se développe en permanence un masque, de par la fausseté perpétuelle, c'est à dire du fait de la platitude dont chacune de ses paroles, chacune de ses étapes, chacun des signes de sa vie qu'il donne sont interprétés.

Par delà bien et mal, Nietzsche.

Publié dans textes de base

Commenter cet article