Paint it black

Publié le par Gregor

Mon amour est peint de noir, et s’écoule lentement, comme les rivières opaques, depuis les cachots de l’esprit, aux lumières grise des cloaques , sur les printemps et sur les rives, sur les matins ou sur les digues, dans les yeux qui parfois rougissent, aux pas pressés des commerçants, sur le portant d’une valise, aux cours d’école, au feu des lampes, dans une lampé d’hydrogène, dans une gorgé de javel. Mon amour est peint de noir, et flotte au dessus de ma tête, comme un drapeau inquiétant, le rire étouffant de la mort, le bal fantomatique des vivants, l’attraction, la répulsion… Mon amour est peint de noir, et ainsi je l’aime mieux, toute la souffrance est contenue, dans le spectacle de sa mort, il coule le long des trottoirs dégueulasses, et peu à peu les mots, les gens, les souvenirs s’effacent.

Publié dans Poesies

Commenter cet article