Par delà bien et mal

Publié le par Gregor

Le degré et la nature de la sexualité chez l'homme pénètrent jusqu'au plus haut sommet de son esprit.
La maturité de l'homme, c'est d'avoir retrouvé le sérieux qu'on avait au jeu quand on était enfant.
L'homme de génie est insupportable quand il ne possède pas, en outre, deux qualités au moins : la reconnaissance et la propreté.
Le sage et l'astronomie. — Tant que tu consi dères les étoiles comme quelque chose qui est « au-dessus de toi », il te manque le regard de celui qui cherche la connaissance.
Avoir du talent ne suffit pas : il faut aussi avoir votre permission d'en avoir, — eh quoi ! mes amis ?
Qui se méprise soi-même s'honore du moins comme contempteur.
On commence à se défier des personnes très avisées, dès qu'elles ont l'air embarrassé.
Découvrir que l'on est aimé en retour, cela devrait ouvrir les yeux au sujet de l'être aimé. — « Quoi ? est-il assez modeste pour t'aimer, pour t'aimer toi ? Ou assez sot ? — Ou bien — ou bien — ? »
Ce qui se fait par amour se fait toujours par delà le bien et le mal.
Le christianisme a donné du poison à boire à Eros : — il n'est pas mort, mais il a dégénéré en vice.
L'objection, l'écart, la méfiance sereine, l'ironie sont des signes de santé. Tout ce qui est absolu est du domaine de la pathologie.
La démence, chez l'individu, est quelque chose de rare, — chez les groupes, les partis, les peuples, les époques, c'est la règle.
En vue de tous les partis. — Un berger a tou jours besoin d'un mouton conducteur, autrement il lui faut être à l'occasion mouton lui-même.
On ment bien de la bouche : mais la tête qu'on fait en parlant, dit la vérité quand même.
Nietzsche

Publié dans critiques modernes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article