Vertige aquatique !

Publié le par Gregor

Je me demande depuis toujours, mais par moments je sais, pourquoi mes pensés viennent ? Pourquoi elles se débinent ? Les cœurs s’ouvrent comme les fleurs, mais le soleil est rare, et la nuit meurtrière. Toute la beauté des choses, sur un brasier de larmes, dans le ciel quelques nuages, la banalité se métamorphose. L’ennui pour certaines filles, c’est que quand elles tirent un noyé de l’eau, elles pensent pas que lui il savait pas qu’on lui refilerait un jour de l’air… Sitôt qu’il a bu son bol d’opium, et ben… Il est comme tout les autres, il en veut d’autre, il s’imagine toute une vie peuplée d’anémones jaunes, et de poissons colorés ! La même vie qu’avant, avec un paysage différent.
A peine le souffle épuisé, le revoilà sous l’eau, à se faire becter par des poissons stupides et mauvais.
Bah quelle importance que tout cela ? La marée géante m’absorbe, je croyais qu’on saluerait la densité de ma peine, mais bof, tout cela et plus encore n’a plus de sens.
Et l’un dans l’autre on s’en fou, pourvu qu’on puisse éprouver ce qu’est la vie. 
Putain ! Mes pieds touchent le sable des fonds marin, j’ai les cheveux hérissés sur le crane, des bulles me sortent d’un peu partout, je danse comme les algues, et me fait pincer par un crabe…

Publié dans Poesies

Commenter cet article