L’enfer c’est la répétition.

Publié le par Gregor

Habillé d’ombre, lancer les dés,

Crever sous le soleil d’été,

Voir la roue des temps,

Tourner éternellement,

 

Les cascades du bonheur,

Que l’on gèle d’un souffle,

D’un souffle humain,

Trop humain…

 

Voir les braves gens,

Ma très chère mère,

C’était le temps d’avant:

Une jolie prière,

 

Une rumeur Catholique,

A genoux dans l’existence,

C’est une rumeur nostalgique,

Un rêve sans défense,

 

La révolte des exploités,

Une nouvelle tyrannie,

De la majorité,

Contre ce qui n’a pas de prix :

 

Voler de ses propres ailes,

Allumer l’étincelle,

Fossoyeuse des faibles,

Et de ce qui sent la plèbe,

 

Pour eux je suis le mal,

Une bien mauvaise nouvelle,

Qui brise leur idéal,

Et les chansons si belles,

 

Mais la roue tourne : éternelle,

Et ni vos chants ni vos croyances,

Pas même Dieu et ses fidèles,

N’ont inversé la tendance,

 

Toujours la même histoire,

Qui se répète à l’infini,

Faites grâce à ma mémoire,

Qu’enfin j’oublie,

 

Pour tous ces superflus,

Qui passent sans savoir

Ô pauvres serviteurs déchus,

Qui joignent notre histoire,

 

Tout se répète inlassablement,

Les conflits et les tourments,

Et si l’enfer était là,

Sur terre, ici bas.

Publié dans Poesies

Commenter cet article